L'Office de Tourisme du Solrézis vous souhaite la bienvenue à BERELLES...

 
  

    En plein coeur du Parc Naturel Régional de l'Avesnois, BERELLES, son château à tourelles et son église...
    


    
     • BEAURIEUX
     • BERELLES
     • CLAIRFAYTS
     • ECCLES
     • HESTRUD
     • LEZ-FONTAINE
     • LIESSIES
     • SOLRE LE CHATEAU
     • SOLRINNES
     • WILLIES

Vue de Berelles et de son clocher

 


  Les Curiosités de BERELLES...

• Le calvaire rénové (Calvaire Bever)

• L' Eglise St-Rémi du XVIème siècle : sa cloche est inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques

• Des pierres tombales armoriées
  
• La fontaine Colau



  

   Le château actuel a été élevé à l'emplacement du château-fort. De nos jours, certains vestiges de ce château sont encore visibles.
   Cette demeure, aux murs massifs flanqués de tourelles, s'élève sur le versant sud d'un coteau en face d'un petit bois qu'il domine de ses terrasses. La vallée abrite une petite chapelle, dédiée à Saint Pierre.
   Il a appartenu aux barons du Sart de Molembaix qui possédaient d’ailleurs la quasi-totalité des terres de la Seigneurie.
   Pour l’apercevoir, il faut s’avancer un peu sur la route en direction de Solre-le-Château car il n'est malheureusement pas visitable.

  



Inscription funéraire en latin

LE PATRIMOINE DES « BÉRELLOIS »


Bérelles, dont les habitants se nomment les Bérellois, a des origines qui remontent à l'antiquité. En 1128, on le trouvait sous le nom de Berella. Il fut doté de franchises en 1292.

• Ce petit village sur le ruisseau du Pont-de-Pierre et la route de Solre à Jeumont, abrite à la fois des granges en pierre bleue du pays et des grosses maisons d'habitation témoignant de la prospérité du XIXème siècle.

• Berelles possédait au XVIème siècle un château féodal, détruit au XVIIème siècle avant d’être relevé en 1704.

• Dans l'église Saint-Rémi (la paroisse est probablement l'une des plus anciennes placés sous le patronnage de Rémi, évêque de Reims au VIème siècle), compte une cloche inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques et des pierres tombales armoriées.

• Cette cloche, nommée Maldonade, fut réalisée en 1700 par un certain Félix Ganard. Elle porte une inscription : « on m'appelle Messire Nicaise de Maldonade, prestre, seigneur de Bérelles, archidiacre de Hainaut et chanoine de l'église métropolitaine de Cambrai, et Dame Françoise de Maldonade, dame de Molembaix, du temps de maistre Nicolas Depry, curé dudit Bérelles ».

• Une des pierres funéraires porte une inscription latine, à la mémoire de Philibert-François de Milot et de Marie-Françoise de Maldonade, seigneurs de Bérelles, et rappelant une fondation en faveur de 5 pauvres du pays, en 1713. Quatre autres pierres tombales évoquent la mémoire des curés de Bérelles au XVIIIème siècle.

• On a découvert, maçonnée dans le mur de fondation du clocher (côté nord), une pierre ovoïde à deux éléments. Il s'agirait là de monuments funéraires, datant de la plus haute antiquité. Cette forme en oeuf laisse à penser qu'elles étaient symbole de résurrection en même temps qu'un lien de culte gaulois.
     Selon certains spécialistes de la période gallo-romaine, ces pierres ont une analogie avec la pomme de pin, qui avait une signification funéraire. On pourra se rappeler que Demeter, la déesse de la terre cultivée dans la mythologie grecque, s'était servie de la pomme de pin pour descendre aux Enfers à la recherche de sa fille : l'odyssée de la déesse à la recherche de sa fille Perséphone (Proserpine chez les Romains) symbolise le rythme cyclique qui fait passer du diurne au nocturne, et vice versa, aussi bien les graines que les saisons de la terre ou le destin des hommes... Elle tient ainsi la première place, lorsque la mort suivient, dans l'accomplissement des rites funéraires...

  
• L'étang communal


   
• Des granges de pierre bleue et grosses maisons de pays

• Une pierre ovoïde à deux éléments maçonnée dans le mur de fondation du clocher (côté nord)


  

Ces pierres ne sont pas uniques dans la région : il y en a une au Musée d'Avesnes, copie de celle du cimetière d'Avesnelles qui a disparu, une à Ostergnies (lieu-dit de Colleret), une autre à Recquignies. Il y en avait à Bavay. Toutes se composent d'énormes oeufs de pierre rangés en ligne droite et provenant souvent du mur des anciens cimetières. Ces pierres ont pu être christianisées par la suite (dans le courant du VIIème siècle) et conserver leur signification funéraire puisque l'oeuf est en soi un symbole de résurrection. La discussion est loin d'être close et de nouvelles hypothèses restent possibles...
  

    

©2003-2004 Office de Tourisme du Solrézis - Hôtel de Ville Grand Place 59740 Solre le Château - Tél - 03 27 59 32 90
Webmestre - P. Desette - Crédit photographique - JM Faucompré et P Desette - Tous droits réservés