Bienvenue dans le temple de la crêpe antique, dans la Crêperie Le Grand Large...

 
  

 UNE CRÊPERIE-ANTIQUITÉS ?
C'EST LA TROUVAILLE DE LA FAMILLE DE BREYNE À SOLRE LE CHÂTEAU.
L'idée : ressortir avec autre chose que le ventre plein...
    
Crêpe au Maroilles du Grand Large
    



     Ils forment un trio infernal : Annick, Philippe et Alexandre de Breyne. La maman, le papa et le fils. Et ils sont tous les trois à la tête de la crêperie Le Grand Large, à Solre-le-Château. Petites chamailleries et pointes d'humour, ici c'est avant tout la bonne humeur qui règne, et le plaisir de la bonne bouffe. Des galettes de sarrasin et de blé noir, du cidre : tous les ingrédients d'une crêperie sont là. Sauf qu'ici, on mange parmi les meubles qu'on peut acheter.
  
     Cette bonne idée est née d'un concours de circonstances. Alexandre et Philippe tenaient la crêperie, pendant qu'Annick officiait dans sa boutique d'antiquités juste en face. Mais voilà, " nous faisions tellement souvent appel à maman pour le service qu'il est devenu évident qu'il était impossible de gérer les deux ", raconte Alexandre. Du coup, Annick rapplique avec ses meubles et bibelots et les parsème dans la crêperie. " C'est déjà moi qui m'étais chargée de la décoration façon bord de mer du restaurant. C'est une vraie passion les antiquités ! ", s'enthousiasme-t-elle.

Un service haut de gamme...



     Des bustes Art nouveau, un chiffonnier, une chaise, Annick chine. " Pour les clients, cela fonctionne avant tout au coup de coeur. Ils viennent manger et ne repartent pas que le ventre plein". Cette heureuse initiative lui vaut quelques surprises. " Un après-midi, nous avons vendu une des tables. Du coup, pour le service du soir, il manquait quelques places ", s'amuse Annick. Et Alexandre de poursuivre : " Souvent, je sors de ma cuisine pour jouer aux déménageurs. Nous avons même réussi à caser dans une Fiat Panda un fauteuil de barbier, une lampe et une table de nuit pour une dame qui repartait directement à Lille ".
     Reste que, antiquités ou pas, les de Breyne n'en oublient pas les crêpes et galettes. Installés à Saint Tropez, ils sont remontés dans le Nord " parce que nous avions le mal du pays ". Leur spécialité garde un goût de bord de mer : la Saint Jacques. " C'est une recette de ma grand-mère transmise à mon fils, explique Annick. Une alliance de noix de Saint-Jacques flambées, d'échalotes, champignons et crème fraîche ". Au menu figure d'ailleurs une carte dans la carte avec un choix de dix galettes... aux Saint-Jacques. Sans oublier les produits du terroir auxquels ils se veulent fidèles. " Du maroilles, du chèvre, de la crème fraîche tout droit venue de la ferme, et même des fruits, légumes et herbes du jardin ".



     Et comme nous vous avons parlé de pointes d'humour, regardez bien la carte. On peut y commander un cul du baudet chaud ou bouillant. " Le cul du baudet, explique Annick, c'est l'expression qu'avait utilisée un homme politique pour qualifier l'Avesnois. C'est un pied de nez à cette expression lancée à la va-vite ". Et le breuvage qui porte ce nom est savant : cidre chaud, cassonade et cannelle, avec un trait de Calvados pour la version bouillante. Redoutable...

AMANDINE MAZIERS
La Voix du Nord  - version Femina du 26 octobre 2002
  
  

Le Grand Large à Solre le Château 

TÉMOIGNAGE

Au cours d'une enquête sur le Maroilles, les journalistes de la revue "Culinaire saisonnier" visitent Maroilles, Saint-Aubin, Sars Poteries et finissent à Solre le Château... Norbert Koreman et Philippe Schroeven racontent.

   « Durant toute notre visite sous une chaleur accablante, nous avions rêvé d'une bière bien fraîche. Notre quête nous mena bientôt vers un village au clocher particulier du nom de Solre le Château et vers une crêperie...

   Et vers une fameuse découverte. Une fois attablés, nous comprendrons qu'une simple crêpe au blé noir peut révéler des trésors de saveur lorsqu'elle est préparée avec du Maroilles.
   Si le Maroilles est indispensable sur un plateau de fromage, il se dévoile pleinement dans les préparations chaudes car il demande peu d'apprêts et se suffit à lui-même. On le rencontre ainsi dans la Flamiche ou dans le "rôti", spécialité de la région faite de pain et de Maroilles glacé sous la salamandre.

Vue intérieure du Grand Large

   Au "Grand Large", c'est la crêpe qui sert de support. La famille de Breyne déploie en toute simplicité des trésors d'ingéniosité.
   En plus des crêpes, ce restaurant commercialise des antiquités puisque tout y est à vendre. Il n'est donc pas rare de voir un client partir avec la table sur laquelle il s'est restauré.

   Pour notre part, nous avons quitté notre "Bretagne-sur-Sambre" avec un antique bar à liqueur, une aiguière et le souvenir d'un excellent repas ».
    

    

©2004 Office de Tourisme du Solrézis - Hôtel de Ville Grand Place 59740 Solre le Château - Tél - 03 27 59 32 90 - Webmestre - P. Desette
Crédit photographique - La Voix du Nord, Culinaire saisonnier et P Desette - Avec l'aimable autorisation de Culinaire Saisonnier France et de la Voix du Nord