L'Office de Tourisme du Solrézis vous accueille sur la page des légendes...

 
  

    LES LÉGENDES DU SOLRÉZIS ET DES ALENTOURS...
    


    
     • BEAURIEUX
     • BERELLES
     • CLAIRFAYTS
     • ECCLES
     • HESTRUD
     • LEZ-FONTAINE
     • LIESSIES
     • SOLRE LE CHATEAU
     • SOLRINNES
     • WILLIES



Ces pierres ovoïdes ne sont pas uniques dans la région : pierres de Recquignies

BERELLES, OSTERGNIES à COLLERET, RECQUIGNIES... DES PIERRES OVOÏDES

     Un culte païen ? 

     Un monument à deux éléments ovoïdes se trouve maçonné dans le mur de fondations du clocher de l'église de Berelles, face nord, au niveau du sol du cimetière. Plusieurs pierres semblables ont été identifiées dans la région, très souvent dans les murs d’anciens cimetières.

     « S’agit-il de bornes de cirques d’origine romaine, ou de pierres de fiefs, dénombrant par leurs éléments les possessions féodales ? Aucune de ces explications ne peut être retenue. Car les cirques romains ne devaient pas être si nombreux dans la région ; d’autre part, on perçoit mal un caractère féodal quelconque, puisque aucun écrit, aucun acte ne mentionnent l’existence de ces pierres de fiefs ». Certains y voient la matérialisation d’un ancien culte païen.

     Selon des spécialistes de la période gallo-romaine, ces pierres ont une analogie avec la pomme de pin, qui avait une signification funéraire. On pourra se rappeler que Demeter, la déesse de la terre cultivée dans la mythologie grecque, s'était servie de la pomme de pin pour descendre aux Enfers à la recherche de sa fille : l'odyssée de la déesse à la recherche de sa fille Perséphone (Proserpine chez les Romains) symbolise le rythme cyclique qui fait passer du diurne au nocturne, et vice versa, aussi bien les graines que les saisons de la terre ou le destin des hommes... Elle tient ainsi la première place, lorsque la mort suivient, dans l'accomplissement des rites funéraires...

     Ces pierres ne sont pas uniques dans la région : il y en a une au Musée d'Avesnes, copie de celle du cimetière d'Avesnelles qui a disparu, une à Ostergnies (lieu-dit de Colleret), une autre à Recquignies. Il y en avait à Bavay. Toutes se composent d'énormes oeufs de pierre rangés en ligne droite et provenant souvent du mur des anciens cimetières.
     Ces pierres ont pu être christianisées par la suite (dans le courant du VIIème siècle) et conserver leur signification funéraire puisque l'oeuf est en soi un symbole de résurrection.

     La discussion est loin d'être close et de nouvelles hypothèses restent possibles...
    

©2004 Office de Tourisme du Solrézis - Hôtel de Ville Grand Place 59740 Solre le Château - Tél - 03 27 59 32 90
Webmestre - P. Desette - Crédit photographique - P Guichard - Tous droits réservés