L'Office de Tourisme du Solrézis vous souhaite la bienvenue à SOLRE LE CHÂTEAU...

 
  

    En plein coeur du Parc Naturel Régional de l'Avesnois, SOLRE LE CHÂTEAU, son clocher penché et son Hôtel de Ville...
    


    
     • BEAURIEUX
     • BERELLES
     • CLAIRFAYTS
     • ECCLES
     • HESTRUD
     • LEZ-FONTAINE
     • LIESSIES
     • SOLRE LE CHATEAU
     • SOLRINNES
     • WILLIES

L'Office de Tourisme du Solrézis

 


   Les Curiosités de SOLRE LE
                                  CHATEAU...

• Eglise Saint Michel classée, construite au XVème siècle en pierre bleue de pays et remaniée au XVIIème siècle. Ses vitraux de 1531 sont remarquables.

• Son clocher à bulbe de 1612 l'est tout autant.
  


 
   Solre le Château apparaît dans l'histoire au XIIème siècle, à la suite de la réorganisation des châtellenies dans le cadre d'un système féodal contrôlé par le comte de Hainaut. La tour et la maison forte, au centre du village, constituaient un centre de pouvoir, incitant à la mise en valeur des terroirs environnants.
   La seigneurie appartint à la famille de Barbençon, puis de Berlaimont. En 1417, le château est agrandi et fortifié.
L'église et l'ancien château de Solre (extrait des Albums de Croÿ)
    Au XVIème siècle, Solre appartenait à la maison de Croÿ. Philippe II, roi d'Espagne, donna le titre de Comte de Solre à Philippe de Croÿ en 1592. En  1677, Solre fut érigé en Principauté par Charles II, Roi d'Espagne.
     La ville sera rattachée à la France en 1678 lors du traité de Nimègue. La Révolution, pendant laquelle le château est détruit, marque le début du développement industriel. Le textile, l'industrie du cuir, les forges ou les brasseries utilisèrent l'énergie hydraulique fournie par la Solre et ses affluents puis, plus tard, les machines à vapeur. De nombreuses tanneries et filatures offraient, au XIXème siècle, du travail à une population qui monta rapidement à plus de 3000 habitants.



Inscription gothique
surmontant le porche de la Mairie
      

LE PATRIMOINE DES « SOLRÉZIENS »


• Les Solréziens sont les habitants de Solre le Château. La commune doit son nom à un cours d'eau, la Solre, qui le traverse, et à un château qui se dressait autrefois sur la grand-place. Ce château fut construit au XIIème siècle, fortifié au XVème et détruit complètement à la Révolution.

• Bâtie dans un style gothique, l’église de Solre-le-Château est remarquable à plusieurs titres. Nous vous invitons à la découvrir plus en détail dans une page spéciale Eglise St Pierre St Paul.

• C'est en 1574 qu'une halle échevinale est construite, dont le rez-de-chaussée servait de marché couvert. A l'origine, l'Hôtel de Ville ne comportait qu'un seul étage. Le second est ajouté en 1865, à la demande des grandes familles industrielles habituées aux fastes des bals, des concerts et du théâtre. Les ouvertures de la façade sont toutes en plein cintre. Le rez-de-chaussée, autrefois ouvert, accueille maintenant la Mairie.

• Les clefs de voûte des portes de l'Hôtel de Ville sont gravées de trois inscriptions gothiques recommandant la probité aux marchands et mettant à l'index tout bien acquis de manière frauduleuse. L'une d'elles prescrit :
         "quiconque vient ici marchander
          ne veuille point pour plus de gaignage
          par fraude ou vol son âme hasarder
          car perdre l'âme est souverain dommage"

• Solre-le-Château possède une grand-place où l'on peut admirer d'intéressantes maisons anciennes des XVIIème et XVIIIème siècles. L'une d'elles, située au tout début de la rue de Beaumont, est faite entièrement en briques. Elle est percée de lucarnes et sa façade est surmontée d'un fronton, signe de la gloire passée de la ville du temps où les bourgeois et les officiers des princes de Croÿ résidaient autour du château.

• Sur la grand-place, une plaque commémorative rappelle qu'en septembre 1944, , des habitants furent pris en otages et fusillés par les allemands après la mort d'un de leurs soldats suite à une attaque des FFi contre un de leurs camions sur le territoire de la commune.

• Le kiosque à musique, situé sur la Grand Place, est l'un des seuls de l'Avesnois à être de forme hexagonale. Il fut construit vers 1895 et présente de forts beaux pieds droits aux dessins très affinés.

• Les "Pierres Martines" sont des mégalithes (menhirs) élevés il y a plus de 7000 ans. Plusieurs légendes sont liées à ces pierres. Ainsi Saint Martin, légionnaire romain chargé de repousser l'invasion barbare, se serait appuyé sur l'une de ces pierres et aurait laissé l'empreinte de son dos.

• La Chapelle de l'Epine fut construite en 1673. Elle est dédié à ND des Sept Douleurs et l'on retrouve sur chaque vitrail de la chapelle chacun des moments de la passion du Christ. On peut découvrir une balustrade de la tribune, dans le style de la Renaissance flamande, réservée aux choristes qui agrémentaient les services religieux et surtout admirer un grand retable de style Louis XIV, avec colonnes torses, volutes, angelots, écussons, visages grimaçants ou personnages à coquille (St Jacques), cornes d’abondance qui caractérisent le sytle baroque, ainsi qu'un autel, fait de chêne coloré façon marbre... Le retable encadre une jolie Pieta du XVIème siècle.
La chapelle fut restaurée en 2002 et présente une architecture typique de la région : soubassements en pierre bleue, renfort d'angles en pierre bleue eux aussi, murs épais et toiture surmontée d'un clocheton avec abat-son, rehaussé d'un coq girouette.

• Hôtel de ville dans un beau bâtiment classé de 1574, inscriptions à l'intérieur sur les poutres

• Kiosque à musique

• Plusieurs chapelles de l'église, en ville et au hameau de l'Epine.

• Maisons anciennes des XVIIème et XVIIIème siècles

• Les "Pierres Martines" : hors de la ville, en direction de Liessies, sur la gauche dans un pré, on aperçoit les Pierres.
    


      
L'Hôtel de ville et le kiosque
à musique sur la Grand Place
    

     La ville possède un clocher singulier, énorme, bizarre et qui penche, comme la tour de Pise. Il penche en avant, mais sans compromettre son équilibre ! Les gens du pays ont cherché une
explication à ce vice de construction, et ils ont trouvé ceci :
    « Les filles de Solre étaient jadis très dévergondées et souvent, quand il leur arrivait de se marier, des marmots les attendaient à la porte en appelant leur mère. Or, un jour, une vraie pucelle se présenta à l’église pour convoler en justes noces.
    Le clocher, dit-on, en fût si surpris qu’il se pencha en avant pour mieux voir la mariée qui passait sous le porche, en robe légitimement blanche ! En châtiment de sa curiosité, le ciel lui aurait infligé ce torticolis à perpétuité ! »
    

©2003-04 Office de Tourisme du Solrézis - Hôtel de Ville Grand Place 59740 Solre le Château - Tél - 03 27 59 32 90
Webmestre - P. Desette - Crédit photographique - JM Faucompré, N Cailliau et P Desette - Tous droits réservés